Etablissement

Galerie d'établissement : "Les histoire que l'on se raconte"

Par CLEMENCE LONJON, publié le samedi 3 décembre 2022 20:01 - Mis à jour le samedi 3 décembre 2022 20:01
Capture d’écran 2022-12-02 à 10.40.51.png
Exposition en salle polyvalente jusqu'au 28 février

Propos : ​​​​​​Depuis la Renaissance et ses théories sur la perspective, le tableau est pensé comme une fenêtre ouverte sur le monde, par laquelle on peut « regarder l’histoire ». Ces propos de l’historien de l’art Léon Battista Alberti (1404-1472) ont influencé les pratiques picturales du récit, jusqu’au XXème siècle.

BARRY Jacques, Je suis du voyage, Non daté

Né en 1943, il vit et travaille à Saint-Étienne. Il fut enseignant à l’École des Beaux-Arts de Saint-Étienne. Son travail s’articule autour de signes épurés s’approchant des pictogrammes. Comme des esquisses, ses peintures à la forme minimale obligent le spectateur à s’interroger sur ce qu’il observe. Sur un fond blanc, les contours d’un véhicule empli de personnages apparaissent. S’agit-il d’une version de l’arche de Noé (Bible). Le texte placé en dessous peut s’interpréter de différentes façons. Il s’agit d’un récit autobiographique, d’un point de vue sociologique sur le monde et ses occupants ou fictionnel ; une aventure que le spectateur est dès lors invité à imaginer.

BARRY Jacques, Sans titre, Non daté

Né en 1943, il vit et travaille à Saint-Étienne. Il fut enseignant à l’École des Beaux-Arts de Saint-Étienne. Son travail s’articule autour de signes épurés s’approchant des pictogrammes. Comme des esquisses, ses peintures à la forme minimale obligent le spectateur à s’interroger sur ce qu’il observe. Sur un fond blanc se détachent les contours rouges de silhouettes (sirène, squelette, homme, etc.), et d’objets (caddie, fusil, échelle). Cette estampe rassemble toute l’iconographie de l’artiste : son langage plastique et son alphabet artistique.

ERRO, Cyborg, 2008

Né en 1932 en Islande, Gudmundur Gudmundsson, vit et travaille à paris depuis 1958. Il est l’un des pionniers de la Figuration narrative. Il s’attache à la profusion et à la diffusion des images dans la culture de masse. Il procède par étapes : 1) il accumule des documents et les découpe (page de livres, publicités, etc.). 2) Il juxtapose et assemble ces éléments pour composer un collage. 3) le collage est transposé sur un support plus grand. 4) Il réalise les contours noirs de tous les éléments. Dans cette sérigraphie, un garçon tient dans sa main un ensemble de ballons sur lesquelles sont représentés les héros de la Teen Titans (DC comics).

ELLA & PITR, La vieille et son caillou, 2011

Couple d’artistes peintres né en 1984 et 1981. Ils vivent et travaillent à Saint-Étienne. Ils participent illégalement à l’exposition « Né dans la rue » de la fondation Cartier en 2009. À partir de là, leur travail se développe en France et dans le monde. Ils intègrent le principe de l’anamorphose dans des collages de plusieurs milliers de m2 qu’ils installent sans l’espace public : murs, sol et toitures. Leurs personnages s’inscrivent dans l’espace qu’ils occupent dans des postures quotidiennes, toujours amusantes.

GOUX Thomas, Nous irons danser sous la licorne, 2016

Artiste designer diplômé de l’École des Beaux-Arts de Saint-Étienne. Il intègre la Cité du design comme scénographe et régisseur ; il réalise entre autres l’aménagement du stade Geoffroy Guichard. Il réalise cette estampe à partir de plusieurs gravures extraites d’ouvrages de la Commedia dell’arte ou de Pierre Pomet, Histoire générale des drogues simples et composées (1735). La licorne a produit pendant longtemps les ingrédients d’une pharmacopée fantasmagorique. Présente dans de nombreuses œuvres (La tapisserie de la dame à la licorne 1484), elle est ici déclinée sous forme cartographique, visuelle et métaphorique.

 

JANIN Marion, Relié I, II, III, 2013

Illustratrice née à Lyon en 1972. Après des cours à l’École des Beaux-Arts d’Épinal, elle se consacre pleinement à l’illustration. Des planches botaniques, aux albums jeunesse (Le ventre du crocodile 2015), elle produit des images réaliste et détaillée qui s’inspire de la gravure qu’elle découvre au cours de ses études. Ce triptyque met en exergue trois éléments : l’eau, la terre et l’air. Ils ne sont pas asservis à l’homme, mais bien les composants même d’un écosystème onirique, empreint de poésie.

LESTARD Franck, Andy Warhol, 2011

Né en 1967, il vit et travaille à Saint-Étienne. Après un bac technique, il poursuit ses études à la faculté d’Arts plastiques de Saint-Étienne. Son travail se déploie autour des pratiques du dessin et de la peinture. Cette sérigraphie est issue d’un travail d’aquarelle. L’organisation du support et la blancheur du papier donnent du volume à cette composition épurée. Le dessin, proche de l’esquisse, laisse place à une couleur vibrante. Véritable point de fuite de l’œuvre, elle attire notre regard sur cet énigmatique animal. S’agit-il d’une référence humoristique au Roast Iguana Andalusian (1959) d’Andy Warhol ? 

ROUX Anthony, WWF en 2112, 2011

Né en 1978, c’est un artiste autodidacte qui vit et travaille à Saint-Étienne. Il puise son inspiration dans le Pop art et la Figuration narrative. Son travail révèle son engagement politique et son humour. Il pratique le collage à partir d’éléments qu’il emprunte à la culture de masse : publicité, affiches, etc. Cette sérigraphie détourne le logo de la fondation WWF (Fonds mondial pour la nature), qui œuvre pour la préservation de la biodiversité et lutte contre le changement climatique. La planète, ici le panda, est menacé.e par les armes et objets technologiques représentés en arrière-plan.

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1